a. Le gène MC1R

 

info-gene.png

 

Le patrimoine génétique d'une personne est contenu dans l'ADN, lui même situé dans les chromosomes, que l'on retrouve dans le noyau des cellules. Il existe 22 paires de chromosomes autosomales et une paire sexuelle (XX/XY). L'ADN (Acide Desoxiribo Nucléique) est formé de deux chaînes en double hélice, qui sont complémentaires et reliées entre elles par des nucléotides. Il existe quatre sortes de nucléotides ; l'adénine (A), la thymine (T) ou uracile (U) pour l'ARN, la guanine (G), et la cytosine (C). L'adénine est toujours associé à la thymine et la guanine à la cytosine.

Lors de la réunion d'une cellule mâle et d'une cellule femelle (fécondation), un nouvel ADN est créé : les gènes que l'on trouve dans l'ADN code pour des caractères héréditaires tels que la couleur des yeux, des cheveux...etc. On retrouve plusieurs versions d'un même gène : les allèles, exprimés par paires.

L'on trouve au sein de la population mondiale une large palette de couleurs naturelles des cheveux : du noir au brun, du brun au blond vénitien, du roux au blond... La moins fréquente de ces couleurs, comme nous l'avions déjà remarqué, est la couleur rousse qui, à travers le monde, ne compte que 1 à 2% de la population totale.

 

 

mc1r.jpgIl a été déterminé que la rousseur était en fait liée au gène MC1R (récepteur de la mélanocortine de type 1), situé sur le chromosome 16 qui détermine la couleur des cheveux, de la peau et des poils : ce gène permet de nombreuses variantes de couleurs de cheveux, et certaines de ces variantes définissent une chevelure rousse, accompagnée par une peau relativement claire et des tâches de rousseur. Des recherches plus récentes ont permis de déterminer l'existence de cinq mutations, ou variantes, différentes codant pour la rousseur dont les dates d'apparition vont de 30000 à 100000 ans.

Ce sont les formes alléliques du gène MC1R, dont il existe plusieurs versions au sein de la population mondiale, qui définisse la couleur de la chevelure. Le gène MC1R code pour la protéine MC1R dont l'acitivité biologique est de transformer des pigments rouges en pigments bruns et de cette façon, de déterminer la couleur des cheveux. L'allèle qui code pour la rousseur d'une personne est un allèle qui ne permet pas la synthèse de phéomélanine ou phaéomélanine (pigments rouges ou jaunes) et eumélanine (pigments marrons et noirs) : de ce fait, il y a une plus grande quantité de pigments rouges et jaunes et ainsi, la chevelure prend une couleur rousse.

Cet allèle est récessif, ce qui signifie que pour être rousse, une personne doit posséder deux copies de l'allèle qui exprime la rousseur. Le fait que cet allèle soit recessif nous explique pourquoi cette couleur de cheveux est si rare dans la population. Il existe quatre situations relatives à la transmission du gène roux :

Dans les tableaux suivants, on considérera que le r est l'allèle qui code pour la rousseur et le R un allèle codant pour une autre couleur

capture-d-e-cran-2013-01-06-a-15-47-44.png

 

 

 

Dans la situation 1, aucun des deux parents n'est roux mais chacun est porteur d'un allèle roux. Il y a alors 25% de chance que leur enfant ait des cheveux roux.

 

 

 

Dans la situation 2, un des parents est roux ( il possède donc deux allèles rr) et l'autre parents est porteur d'un allèle roux. Dans ce cas, il y a 50% de chance que leur enfant soit roux.

 

 

 

 

Dans la situation 3, les deux parents étant roux, leur enfant sera obligatoirement roux.

 

 

 

 

Dans la situation 4, un des parents est roux, mais un des parents n'est pas du tout porteur de cet allèle. Si un des parents n'est pas porteur de l'allèle alors il n'y a aucune chance que l'enfant ait des cheveux roux.

 

 Etant donné que c'est un allèle récessif et que, pour qu'un enfant soit roux, il faut que les deux parents soient porteurs du gène. De nos jours, les mariages inter-ethniques étant plus fréquents, on pourrait croire que le nombre de roux, ou des porteurs du gène, ayant un enfant diminue et que de ce fait, la population de personnes ayant une chevelure rousse décline elle aussi. Cependant, si une personne rousse a un enfant avec une personne qui ne porte pas le gène, il y a de fortes chances pour que l'enfant soit porteur du gène roux. Donc, en réalité, la fréquence de l'allèle codant pour la rousseur reste relativement constante. ll est complexe d'estimer le nombre de gens étant porteurs du gène, mais ce nombre est estimé comme bien plus grand que celui de personnes rousses. Selon une étude, 1/4 des personnes de type caucasiennes vivant aux Etats-Unis seraient porteurs cet allèle.

Bien que de nombreuses recherches aient été menées jusqu'à nos jours, il existe toujours des incertitudes quand à la façon d'agir exacte de l'allèle, et certains cas sont toujours inexplicables. De façon générale, les personnes rousses sont homozygotes (même variante de MC1R sur chaque chromosome de la paire) ou hétérozygote composé (une mutation différente de MC1R sur chaque chromosome de la paire), mais certains cas posent problème : il existe des cas d'hétérozygotes simples ou encore des gens roux qui ne possèdent aucune de ces variantes de MC1R. De plus, il existe des hommes qui ont seulement une barbe rousse, ou les poils des aisselles roux. De nos jours, ces cas sont toujours inexplicables.

 

En s'intéressant de plus près à la répartition des roux au sein de la population mondiale, on découvre que la plupart sont répartis en Europe, notamment au nord et à l'ouest. En effet, les personnes rousses représentent 4% de la population européenne, 10% de la population irlandaise et 13% de la population écossaise. Qui plus est, la rousseur peut être due à une malnutrition de l'enfant ou de la mère pendant la grossesse. Le Kwashiorkor, maladie due à une carence en protéines, peut expliquer le changement de couleur de cheveux, que l'on trouve plus particulièrement dans les pays africains.

×